altcoins

OpenSea, une Ethereum basée sur la blockchain, a apporté quelques modifications à ses conditions d’utilisation.
La place de marché NFT OpenSea a mis à jour sa liste de nations interdites, et il est confirmé que la liste est basée sur les sanctions américaines.

Cette annonce est une première pour OpenSea, qui jusqu’à récemment n’avait pas pris position sur les vendeurs des pays sanctionnés.

Fondée en 2017 et basée à San Francisco, OpenSea reste la plus grande place de marché NFT au monde, accueillant plus de $22 milliards de ventes depuis sa création. Alors qu’OpenSea ne permet pas aux entités chinoises de vendre sur sa plateforme en raison des sanctions américaines, c’est la première fois qu’elle prend position sur les vendeurs individuels.

L’interdiction signifie que toute personne basée en Crimée ou en Iran sera bloquée pour accéder au site en utilisant son adresse IP. Les utilisateurs peuvent toujours accéder au site via un réseau privé virtuel (VPN).

Ce changement devrait être accueilli favorablement par de nombreux utilisateurs d’OpenSea qui, depuis un certain temps, ne sont pas à l’aise avec les ventes provenant de pays interdits.
Selon les nouvelles conditions de service, la Russie, l’Iran et la Corée du Nord font partie des pays qui ne sont plus autorisés à utiliser la plateforme. La liste est basée sur la liste des sanctions de l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor des États-Unis.

Ces changements font suite à une enquête menée par Decrypt pour déterminer si OpenSea empêchait les pays sanctionnés d’utiliser sa plateforme.

Le fondateur d’OpenSea, Devin Finzer, a déclaré à Decrypt que la société n’avait jamais bloqué d’utilisateurs provenant de pays sanctionnés. Cependant, Decrypt a découvert au moins un cas où un utilisateur a été bloqué parce qu’il se trouvait dans un pays interdit – qui s’est avéré être l’Iran.

Finzer a déclaré qu’à un moment donné, fin 2018 ou début 2019, OpenSea a commencé à bloquer les utilisateurs dont les adresses IP provenaient de pays sanctionnés par l’OFAC en raison de « certaines exigences de conformité de tiers que nous avions à l’époque »,
Aujourd’hui, nous avons apporté quelques mises à jour à notre liste de nations interdites. Cette liste est disponible sur notre site Web et dans le pied de page de chaque page. Notre politique en matière de sanctions est guidée par le Bureau de l’industrie et de la sécurité (BIS) du ministère du commerce des États-Unis et l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) », mais qu’ils ont ensuite retiré ces blocs une fois qu’ils n’en avaient plus besoin – et qu’ils ont continué à les retirer depuis.

Il ne s’agit pas d’un nouveau développement, mais plutôt d’une confirmation d’un fait bien connu de tous. crypto-monnaie utilisateurs : Certains pays font l’objet de sanctions qui limitent les services accessibles à leurs citoyens.

OpenSea a confirmé l’interdiction dans une mise à jour de ses conditions de service publiée le 26 mars :

« En raison des restrictions de la loi américaine, il existe certains pays à partir desquels vous ne pouvez pas effectuer d’achats sur les Services. Si vous tentez d’acheter ou de vendre depuis/vers un compte situé dans l’un de ces pays, votre transaction sera bloquée, puis remboursée si la loi l’exige. « 

La liste des nations interdites comprend, entre autres, Cuba, l’Iran, la Corée du Nord et la Syrie.

OpenSea, la plus grande place de marché NFT, a confirmé qu’elle utilise une liste de sanctions américaines pour bloquer les utilisateurs de certains pays, dont l’Iran, le Venezuela et la Syrie.

Dimanche, un utilisateur connu sous le nom de @NFTIran s’est plaint sur Twitter de ne pas pouvoir accéder au site. Cela a incité d’autres utilisateurs à vérifier qu’ils avaient été bloqués de la même manière.

En réponse aux plaintes, OpenSea a confirmé qu’elle utilise la liste de l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) des États-Unis comme « une heuristique grossière », mais a promis de revoir sa stratégie.

« Nous bloquons certains endroits sur la base de listes générales de sanctions américaines, que nous utilisons comme une heuristique grossière puisque nous sommes une entreprise basée aux États-Unis et que nous n’avons pas actuellement les ressources pour évaluer chaque pays individuellement », a écrit un porte-parole d’OpenSea dans un tweet lundi.

Le porte-parole a ajouté qu’OpenSea « examine la question de plus près et espère avoir une mise à jour bientôt ! ».

Dans une interview accordée à CoinDesk, le PDG d’OpenSea, Devin Finzer, a confirmé que la place de marché NFT basée aux États-Unis utilise la liste de l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) des États-Unis pour interdire les utilisateurs de certains pays.

M. Finzer a déclaré qu’OpenSea utilise un service tiers pour vérifier les adresses IP des utilisateurs sur la liste des sanctions et que tout utilisateur dont l’adresse IP correspond à un pays de la liste est empêché d’utiliser le site.

Notre méthode de travail consiste à utiliser la liste des sanctions de l’OFAC, à rechercher les adresses IP que nous recevons et à empêcher ces adresses de s’inscrire, a-t-il déclaré.

La société a récemment ajouté 26 pays supplémentaires à la liste des nations interdites, face à un débat croissant concernant les sanctions internationales et l’attaque de la Russie en Ukraine.

Outre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord, la liste comprend également l’Afghanistan, le Belarus, le Burundi, la République centrafricaine (RCA), la Chine, le Congo, Cuba, la République démocratique du Congo (RDC), l’Égypte, Haïti, l’Irak, le Liban, la Libye, le Myanmar (Birmanie), le Nicaragua, le Pakistan, la Somalie, le Sud-Soudan, le Soudan et la Syrie.

Selon un billet de blog d’OpenSea publié le 1er mars : « Nous pensons que les crypto-monnaies sont l’une des rares technologies permettant de contourner les sanctions pour les personnes qui vivent sous des régimes oppressifs et ont besoin d’accéder à des services financiers. Cependant, nous reconnaissons également que ces mêmes outils peuvent être utilisés pour le blanchiment d’argent. »

La plateforme interdit désormais tous les utilisateurs du Belarus, du Burundi, de la République centrafricaine, de la République démocratique du Congo, de la région de Crimée, de Cuba, de l’Éthiopie, de la Guinée-Bissau, de l’Iran, de l’Iraq, du Liban, du Liberia, de la Libye, du Myanmar (Birmanie), de la Corée du Nord (RPDC), de la Somalie, du Sud-Soudan et du Yémen.

En outre, il est interdit aux résidents des pays suivants de participer aux activités du marché secondaire : Afghanistan, Bosnie-Herzégovine, Guyane, Pakistan, Serbie, Sri Lanka, Syrie, Trinité-et-Tobago, Tunisie et Vanuatu. Les utilisateurs de ces pays peuvent toujours utiliser la plateforme pour créer des collections mais ne sont pas autorisés à mettre en vente ou à acheter des articles.

La place de marché de jetons non fongibles basée aux États-Unis a publié un billet de blog qui explique en détail pourquoi elle a interdit les utilisateurs de certains pays.

« En tant que société basée aux États-Unis, nous devons respecter les sanctions américaines à l’égard de divers pays », écrit-elle. « Nous avons également à cœur de ne pas permettre des transactions qui soutiendraient des activités malveillantes. »

PayPal a commencé à interdire les achats de crypto-monnaies en début de semaine, et OpenSea dit qu’elle « cherche activement des méthodes de paiement alternatives pour nos utilisateurs. » La place de marché NFT reste la plus importante au monde, accueillant plus de $22 milliards de ventes depuis sa création.

Les membres d’OpenSea possédant une adresse IP iranienne ont été informés par courrier électronique de l’annulation de leur compte et ont reçu des conseils sur la manière de retirer leur argent dans les sept jours.

Au moment de la publication, la société n’a pas répondu à plusieurs demandes de commentaires, mais elle prévoyait de publier une mise à jour dans la journée. Toutefois, un porte-parole de la société a déclaré dans un courriel que les NFT actuels d’auteurs iraniens ne seront pas retirés du site.

Ce nouveau cycle de déplafonnement par OpenSea intervient dans un contexte de tensions mondiales croissantes à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a incité plusieurs gouvernements à renforcer les sanctions à l’encontre des milliardaires ayant des liens étroits avec Vladimir Poutine. Cependant, on ne sait pas pourquoi les utilisateurs iraniens, plutôt que d’autres, sont affectés.

Au moins un utilisateur banni qui a contacté TechCrunch a déclaré être « très irrité » par la nouvelle et avoir besoin de réponses le plus rapidement possible.

Avatar
Natasha Dean

With an eye for detail and understanding of this exciting industry. My experience has given me an understanding of crypto trends and how to effectively break them down. I have a soft spot for NFTs and the Metaverse.