La Banque centrale cubaine accorde une licence aux fournisseurs d'actifs virtuels

La Banque centrale cubaine accorde une licence aux fournisseurs d'actifs virtuels

Le Banque centrale de Cuba (BCC) annonce son intention d'accorder des licences de fournisseur de services de biens virtuels à des entreprises, des personnes physiques ou morales cubaines et étrangères. Cette décision en espagnol est également publiée dans le journal officiel de Cuba.

Les licences seront valables un an, après quoi ils pourront demander un renouvellement pour une autre année si nécessaire.

La décision de la banque centrale cubaine intervient alors que le pays cherche à stimuler son économie en difficulté en attirant les entreprises de crypto et blockchain.

Cuba connaît des difficultés économiques depuis l'effondrement de l'Union soviétique au début des années 1990. Ce qui a entraîné une baisse importante des investissements étrangers et du tourisme.

Les fournisseurs ne pourront travailler qu'avec des actifs virtuels approuvés par la BCC, selon la résolution.

"Les actifs virtuels ne sont pas conçus pour être utilisés comme substituts de l'argent réel, des titres et autres actifs financiers largement utilisés dans les systèmes bancaires et financiers traditionnels qui sont contrôlés par la Banque centrale de Cuba."

Jeudi, la banque déclare avoir dépassé un autre objectif visé. En parvenant à un accord préalable qui lui permet de délivrer des licences pour les fournisseurs de transactions d'actifs. Liées à des activités d'échange, de recouvrement, de financement ou de paiement aux niveaux national et international.

La banque centrale de Cuba a désormais autorisé des entreprises locales à fournir des services liés aux actifs virtuels. Cette décision fait suite à une résolution antérieure de l'institution sur la question.

Les agences gouvernementales n'utiliseraient les actifs virtuels pour les transactions que si elles sont autorisées par BCC. La résolution actuelle n'a pas abordé la manière dont le gouvernement cubain taxerait ces transactions.

Avec ce nouveau développement . Cuba rejoint une liste croissante de pays qui prennent des mesures pour réglementer et légaliser l'utilisation des crypto-monnaies et des actifs virtuels.

Certains experts estiment que la banque centrale de Cuba cherche à tirer parti des avantages potentiels associés aux crypto-monnaies. Tout en atténuant les risques ou menaces potentiels que représente cette technologie émergente.

Cependant, selon le gouvernement, le BCC décidera de refuser ou d'accorder la licence demandée dans les 90 jours ouvrables. Après consultation de la Crypto Assets Authority.

La banque centrale déterminerait également les modalités, les mécanismes et les conditions de fonctionnement de ces activités.

La décision de Cuba d'accorder des licences aux fournisseurs d'actifs virtuels intervient. Le pays est en effet confronté à une détérioration de sa situation économique due à plusieurs facteurs, dont l'embargo commercial américain en cours.

En outre, les fournisseurs ne pourront opérer qu'avec l'autorisation de la BCC. Les normes cubaines d'information financière, qui sont approuvées par le ministère des finances et de la tarification. Elles exigeront également qu'ils tiennent des registres comptables sur la manière dont ils comptent mener leurs activités.

Cette initiative s'inscrit également dans le cadre des efforts déployés par Cuba pour moderniser son économie et attirer davantage d'investissements étrangers.

En février, le pays lance un nouveau bac à sable réglementaire pour les fintechs. Dans le but de promouvoir l'innovation et d'attirer davantage d'entreprises technologiques sur l'île.

Résumé

C'est comme si les nations du monde commençaient à accepter la réalité des crypto-monnaies. Non seulement comme un actif numérique, mais aussi comme un moyen de transactions financières légitimes.

Tout récemment, les Émirats arabes unis accordent des licences opérationnelles à deux grandes bourses de crypto-monnaies. Tout cela montre qu'avec une réglementation appropriée, les crypto-monnaies deviendront bientôt la norme.

Nouvelles connexes

fr_FRFrench